Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Code fiche rp

 :: Codes Rp
Jeu 10 Oct - 0:00
The Point Between Rage And Serenity
Henley Reeves ∞ Bruce Banner

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue. Praesent egestas leo in pede. Praesent blandit odio eu enim. Pellentesque sed dui ut augue blandit sodales. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Aliquam nibh. Mauris ac mauris sed pede pellentesque fermentum. Maecenas adipiscing ante non diam sodales hendrerit. Pst canata tari est paroy malardi dalr sahit ya kho ral labass erat non mauris convallis vehicula. Nulla et sapien. Integer tortor tellus, aliquam faucibus, convallis id, congue eu, quam. Mauris ullamcorper felis vitae erat. Proin feugiat, augue non elementum posuere, metus purus iaculis lectus, et tristique ligula justo vitae magna. Aliquam convallis sollicitudin purus. Praesent aliquam, enim at fermentum mollis, ligula massa adipiscing nisl, ac euismod nibh nisl eu lectus. Fusce vulputate sem at sapien. Vivamus leo. Aliquam euismod libero eu enim. Nulla nec felis sed leo placerat imperdiet. Aenean suscipit nulla in justo. Suspendisse cursus rutrum augue. Nulla tincidunt tincidunt mi. Curabitur iaculis, lorem vel rhoncus faucibus, felis magna fermentum augue, et ultricies lacus lorem varius purus. Curabitur eu amet. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Jeu 10 Oct - 0:39
Nouveau Danger, Nouvelle Amitié
Henley Reeves ∞ Jude A. Stark

« What is seeing ? You're looking, but what you're really doing is filtering, interpreting. Searching for meaning. My job: to take that most precious of gifts you give me, your attention, and use it against you. »
L
orem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue. Praesent egestas leo in pede. Praesent blandit odio eu enim. Pellentesque sed dui ut augue blandit sodales. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Aliquam nibh. Mauris ac mauris sed pede pellentesque fermentum. Maecenas adipiscing ante non diam sodales hendrerit. Pst canata tari est paroy malardi dalr sahit ya kho ral labass erat non mauris convallis vehicula. Nulla et sapien. Integer tortor tellus, aliquam faucibus, convallis id, congue eu, quam. Mauris ullamcorper felis vitae erat. Proin feugiat, augue non elementum posuere, metus purus iaculis lectus, et tristique ligula justo vitae magna. Aliquam convallis sollicitudin purus. Praesent aliquam, enim at fermentum mollis, ligula massa adipiscing nisl, ac euismod nibh nisl eu lectus. Fusce vulputate sem at sapien. Vivamus leo. Aliquam euismod libero eu enim. Nulla nec felis sed leo placerat imperdiet. Aenean suscipit nulla in justo. Suspendisse cursus rutrum augue. Nulla tincidunt tincidunt mi. Curabitur iaculis, lorem vel rhoncus faucibus, felis magna fermentum augue, et ultricies lacus lorem varius purus. Curabitur eu amet. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor.


Code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Lun 28 Oct - 3:12

On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin, et dans ce petit espace, nous sommes libres...

L'oisillon tombé du nid

L
e soleil se couche sur Minas Tirith. Depuis la seule et unique fenêtre qui éclaire son laboratoire, Vossaheen Alarca observe le monde. Loin au Sud, un trait de fumée s’élève dans le ciel brun orangé, sa cité à encore subit la colère du Seigneur Noir. Pour quel motif ? Lui seul le sait. Combien de personnes ont périt lors de cette mise à sac ? Probablement beaucoup trop, mais certainement pas assez aux yeux de ceux qui d’ici quelques heures, quelques jours, se targueront d’y avoir participé auprès de leurs acolytes au détour d’un couloir de la Cité Blanche. Plongée dans les souvenirs de son enfance passée là-bas, l’image de son père en train de mourir lui revient brusquement en mémoire. La scène se déroule sous ses yeux comme aussi précise que si ça c’était passé hier. Allongé là sur le sol poussiéreux de l’une des rues de Dol Amroth, elle peut sans difficulté voir son regard autrefois si bienveillant à son égard se voiler à mesure que son sang jaillit de sa bouche et de son cou en un flot qui semble intarissable.  Une minute s’écoule, peut être deux, quand soudain Namoth lui-même responsable de ce carnage raffermit sa prise sur l’épée qu’il tient de ses deux mains, et  la plante lourdement dans le crâne de son adversaire dont le peu de vie qu’il lui restait s’échappe aussi sec. La brune détourne le regard, trop tard. Lorsqu’elle rouvre les yeux, ce sont les différents niveaux de la Cité Blanche qu’elle voit, comme à chaque fois qu’elle décide d’ouvrir sa fenêtre pour respirer un instant l’air extérieur avant que l’odeur tenace de la mort ne vienne heurter ses narines. Dans la cour principale, l’Arbre des Rois n’est plus qu’un vieux morceau de bois creux sur lequel se tiennent parfois quelques corbeaux venus se délecter de petits bouts de chairs sanguinolents qu’ils trouvent certainement dans la fosse commune où sont jetés les cadavres des prisonniers n’ayant plus le moindre intérêt aux yeux de celui qu’elle se doit d’appeler Maitre. L’idée même que les cadavres de ses parents ont probablement subit le même traitement lui retourne le cœur, mais cela ne dure que l’espace d’un instant car un autre sentiment, plus féroce cette fois, prend le dessus sur tout le reste quand elle l’aperçoit lui, cet infâme bâtard d’Emeruil Shanion remontant l’allée pour regagner sa demeure, sa cape verte flottant légèrement derrière lui.  Que ne donnerait-elle pas pour le voir mort, pour le tuer de ses propres mains ? Elle rendrait probablement un fier service à la Résistance, à la Terre du Milieu en général, et peu importe si elle y perdait la vie par la même occasion. Sa mâchoire se serre un peu plus tout comme ses poings alors qu’il disparaît de son champ de vision, elle est furieuse parce qu’elle sait pertinemment qu’elle ne le peut pas et qu’elle ne le pourra probablement jamais car la vie de sa grand-mère en dépend et l’enjeu est beaucoup trop grand pour prendre un tel risque. En effet, si sa propre existence n'a pas une once de valeur à ses yeux, celle de son aïeule en a énormément, elle est l’ultime morceau de famille qu’il lui reste et qui lui donne encore envie de se battre contre ce monde qui file bon train vers l’enfer en ligne droite et elle ne peut absolument pas se permettre de la perdre. D’un mouvement vif elle ferme la fenêtre et se remet au travail à la lueur des quelques bougies qu’elle a soigneusement allumée. C’est dans ce genre de moment qu’elle est la plus productive, qu’elle confectionne ses poisons les plus efficaces, ceux que les espions privilégiés de Namoth viennent lui réclamer pour ensuite les utiliser contre ceux qu’ils appellent « l’ennemi ». Combien de personnes sont mortes d’avoir ingurgité l’un de ces liquides mortels ? Elle n’en a pas la moindre idée, mais elle sait que chaque jour qui passe le nombre total ne cesse de grandir la propulsant encore et toujours au rang de meilleure alchimiste de la Terre du Milieu, celle qui fait trembler la Résistance et qu’ils seraient probablement ravis d’éliminer s’ils en avaient l’occasion.

Une heure passe, dehors il fait nuit. Quelqu’un frappe à sa porte plus par corvée que par politesse, puis entre dans son laboratoire sans même attendre une quelconque permission, il s’agit d’un des nombreux gardes du Général de Storgor tenant en ses mains un plateau sur lequel se trouve une assiette remplie d’une mixture infâme, son repas. Même les chiens qui rôdent ici et là doivent avoir une meilleure pitance, mais comme toujours Vossaheen ne s’en plaindra pas, ça ferait trop plaisir à son geôlier de voir que la punition qu’il lui a donnée pour lui avoir jeté son verre de vin au visage la dernière fois qu’ils se sont retrouvés à la même table, fonctionne, et ça le satisferait encore plus de l’affamer quelques jours d’affilé pour avoir osé redécorer le sol avec le contenu de l’assiette plutôt que de l’avaler. « Posez ça là. » Lance-t-elle en désignant du doigt une chaise qui semble avoir été miraculeusement oubliée par le bazar ambiant. Comme toujours l’autre ne l’écoute pas le moins du monde. Il pose le plateau sur le plan de travail principal, renversant au passage un livre et quelques fioles, ne s’excuse pas le moins du monde et repart aussi rapidement qu’il est arrivé, prenant à peine le temps de s’arrêter pour transmettre l’information que son supérieur lui a donné. « Le Général vous fait savoir qu’il part bientôt pour le Rohan… » Grand bien lui fasse songe la brune au même instant. « …et que votre grand-mère sera bien entendu du voyage. » Le fils de pute. La porte en bois du laboratoire ne reste pas close bien longtemps, en fait, elle n’a même pas le temps de se fermer complètement que Vossaheen surgit dans le couloir comme un diable hors de sa boite. Déjà dans sa tête, une longue liste de façons de mourir défile, de la plus lente à la plus douloureuse, de la plus rustique à la plus élaborée, il est hors de question que cette raclure emmène avec lui son aïeule pour sa petite excursion militaire au pays des Maîtres des Chevaux. D’un pas plus que décidé elle s’élance alors dans les divers couloirs de la Cité pour   finalement gagner le hall d’entrée où se trouve l’un des nombreux larbins de son geôlier, grandement occupé à garder le vide. « Je veux voir le Général et tout de suite ! » Annonce-t-elle fermement sans même s’arrêter. « Hé ! Attendez ! » S’exclame-t-il en lui courant après. Loupé. Un serf qui terminait de débarrasser la salle à manger juste à côté s’empresse de devancer la jeune femme pour annoncer son arrivée. « Vossaheen Alarca souhaiterait vous voir Messire… » Et avant qu’il n’ait entendu une quelconque phrase sortir de la bouche de son interlocuteur, la brune prend sa place dans l’encadrement de la porte, se retrouvant ainsi face à face avec cet homme quel exècre par-dessus tout, et qui arbore un sourire qu’elle souhaiterait énormément lui faire ravaler avant de lui trancher sa putain de tête et lui arracher sa langue de son trou pour faire un nœud papillon. « Le plaisir n’est absolument pas réciproque, Général. » Grogne-t-elle. « Quant à la raison de ma visite, vous la connaissez tout aussi bien que moi, alors arrêtez de jouer les hypocrites et venons-en directement aux faits. Il est absolument hors de question que ma grand-mère vous accompagne dans votre voyage jusqu'au Rohan quel que soit le nombre de jours que vous comptez y rester et quelle que soit la nature de votre expédition. Elle restera à Minas Tirith avec moi. » Attaque-t-elle sachant pertinemment que ce combat sera loin d’être facile et lui vaudra sans doute une énième punition maison.


made by pandora.

---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Sam 21 Déc - 1:25
Legolas & Etain

«  Le hasard, c'est Ilúvatar qui se promène incognito... »



Habens et vicissim aevo Octaviani aemulas: nullam et ad Eleutheropolim aevo sibi Herodes exaedificavit velut est protenta ad superiore Ascalonem egregias aevo Caesaream velut velut abundans civitates Gazam et superiore nulli velut perpendiculum vicissim exaedificavit civitates magna velut honorem exaedificavit exstructas nitidis Syriarum Eleutheropolim et nulli protenta superiore perpendiculum abundans itidemque abundans superiore quasdam aemulas: aevo Palaestina Palaestina per abundans cedentem per principis nulli abundans aemulas: egregias ad Ascalonem egregias habens intervalla Octaviani perpendiculum sibi est cultis aevo protenta et nullam principis abundans egregias aevo Caesaream Gazam et aevo Eleutheropolim terris quasdam Syriarum Palaestina nulli cultis cultis perpendiculum quasdam ad.


© Chieuze


---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Dim 29 Déc - 23:31
What is seeing ? You're looking, but what you're really doing is filtering, interpreting. Searching for meaning. My job: to take that most precious of gifts you give me, your attention, and use it against you.
NOUVEAU DANGER, NOUVELLE AMITIÉ ♡



L
orem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue. Praesent egestas leo in pede. Praesent blandit odio eu enim. Pellentesque sed dui ut augue blandit sodales. Vestibulum ante ipsum primis in faucibus orci luctus et ultrices posuere cubilia Curae; Aliquam nibh. Mauris ac mauris sed pede pellentesque fermentum. Maecenas adipiscing ante non diam sodales hendrerit. Pst canata tari est paroy malardi dalr sahit ya kho ral labass erat non mauris convallis vehicula. Nulla et sapien. Integer tortor tellus, aliquam faucibus, convallis id, congue eu, quam. Mauris ullamcorper felis vitae erat. Proin feugiat, augue non elementum posuere, metus purus iaculis lectus, et tristique ligula justo vitae magna. Aliquam convallis sollicitudin purus. Praesent aliquam, enim at fermentum mollis, ligula massa adipiscing nisl, ac euismod nibh nisl eu lectus. Fusce vulputate sem at sapien. Vivamus leo. Aliquam euismod libero eu enim. Nulla nec felis sed leo placerat imperdiet. Aenean suscipit nulla in justo. Suspendisse cursus rutrum augue. Nulla tincidunt tincidunt mi. Curabitur iaculis, lorem vel rhoncus faucibus, felis magna fermentum augue, et ultricies lacus lorem varius purus. Curabitur eu amet. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor.


made by wild heart.



   


---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Mer 22 Jan - 10:38

On peut abandonner son intégrité pour presque rien mais c’est tout ce que nous possédons réellement, tout ce qui nous reste à la fin, et dans ce petit espace, nous sommes libres...

Sombres Recherches

L
Tum filio 'inquam' tamquam sermo loquentes Fannio loquentes quas memoriae interponeretur libro enim et et amicitia exposui coram cum 'inquam' ab sermo videretur tum tamquam altero praesentibus incidisset Marci tum ipsos interponeretur mentionem post diebus Marci ut arbitratu enim mortem cum eam quas altero diebus meo ipsos meo paucis praesentibus nobis ipsos saepius et Eius sermonem Scaevola 'inquam' atque illo saepius 'inquit' 'inquit' induxi quas C post ne exposuit paucis Marci ipsam interponeretur diebus ipsos praesentibus memoriae filio tum tum quas 'inquam' C disputationis et Eius Marci amicitia disputationis ipsam sermonem et libro Africani et Africani paucis nobis atque tum



made by pandora.


---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Lun 2 Juin - 2:12
L'amitié est une force dont nul ne peut prétendre pouvoir se passer. C'est la nourriture de l'âme : elle ravitaille le coeur, elle sustente l'esprit, elle nous comble de joie, d'espoir et de paix.
♡ FRIENDS NEVER SAY GOODBYE ♡



D
ix huit heures. Une autre journée de travail au sein d'Oscorp se terminait pour Gwen et elle allait enfin pouvoir rentrer chez elle. Envoyant comme promis son dernier rapport de recherches au Docteur Smythe, elle se saisit de ses affaires dans la minute qui suivit et trottina jusqu'à l'ascenseur déjà bondé, mais dans lequel elle parvint tout de même à se faufiler. « A quel étage désirez-vous aller ? » Interrogea Kira, l'intelligence artificielle de l'entreprise, une fois que les portes furent fermées. « Au rez de chaussé, s'il vous plait. » Rétorqua le plus proche de l'écran de contrôle. La machine se mit alors en fonction, et les conversations qui avaient cessées l'espace d'un instant reprirent de plus belle. « Alors, il parait que Johnson a annulé la conférence sur la bio-électrogénétique qui devait se dérouler dans quatre jours à Sedona ? » Questionna un petit homme à moitié chauve non loin de l'étudiante. « Ça va nous coûter combien ? » Interrogea son voisin, qui n'était guère plus avantagé capillairement. « Environ six cent mille dollars. » Répondit la femme en tailleur gris anthracite à leurs côtés comme si de rien n'était. « Eh bien, il devait vraiment pas être si terrible que ça leur intervenant. » Renchérit un troisième homme de manière plutôt ironique. Arrivé à destination, les portes de l'ascenseur s'ouvrirent, et le petit groupe d'employés se mêla au reste de la foule qui convergeait lentement mais sûrement vers la sortie.

Dehors, l'air était particulièrement frais, et le ciel emplit d'épais nuages gris qui n'auguraient rien de bon quant au temps qu'il allait faire dans les prochaines minutes. Et dire que ce matin ils avaient annoncé une journée très ensoleillée sur la chaîne météo, ils avaient visiblement encore de grands progrès à faire en matière de prévisions ! Légèrement prise au dépourvu par ce brusque changement, Gwen attacha le seul et unique bouton de sa veste pour avoir un peu plus chaud, puis s'engagea d'un pas plutôt rapide dans le flot incessant de la population New Yorkaise afin de gagner sa station de métro habituelle. Si parcourir cinquante mètres dans une des artères de la ville en pleine heure de pointe relevait du défi, le faire alors que le temps menaçait de changer dans la seconde qui suivait était encore pire, y compris pour ceux qui comme la jeune étudiante résidaient ici depuis longtemps. Coups de coude, pieds qui en écrasent d'autres, bousculades, mieux valait ne pas être douillet pour affronter cette bande de sauvages dont l'unique but était de rentrer chez eux le plus rapidement possible, et mieux valait aussi faire une croix sur de potentielles excuses, cela faisait bien longtemps que la politesse avait été enterrée. Tenant fermement son sac d'une main, la blonde se fraya donc un chemin dans la foule, utilisant sans trop de remords les mêmes techniques que ses comparses, veillant cependant à ne tout de même pas bousculer une petite vieille qui aurait eu la malchance de se trouver là en cet instant de folie, elle n'était pas non plus une barbare sanguinaire. Arrivée devant la bouche de métro, elle contourna un couple d'ados qui trouvaient parfaitement normal de se trouver en plein milieu du chemin pour se bécoter, puis descendit la volée de marches en évitant de justesse un homme et son énorme chien, avant d'être finalement interrompue dans son cheminement par la sonnerie de son portable. « Qu'est-ce qu'il t'arrive ? » Demanda-t-elle aussitôt après avoir décroché. « T'es où ? » Lui répondit son jeune frère Philip. « Je suis en route pour la maison, pourquoi ? » A tous les coups, il avait un service à lui demander. « Tu pourrais passer prendre le gâteau d'anniversaire de Simon avant de rentrer ? » Bingo. Si la blonde avait gagné ne serait-ce qu'un dollars à chaque fois qu'elle devinait les intentions de ses frères, elle serait sans doute aujourd'hui aussi riche que Norman Osborn. « C'était à toi de t'en occuper je te signale. » Râla-t-elle en se déplaçant jusque dans un coin où elle ne gênerait personne et où elle pourrait entendre convenablement l'excuse de son frère quant à son oubli. « Oui, je sais, mais j'étais avec Julie, on discutait d'un tas de trucs et puis ça m'est complètement sorti de la tête...» Gwen ne pu s'empêcher de sourire, depuis qu'il était avec cette fille, sa cervelle était devenue une véritable passoire, cependant elle s'abstint d'émettre la moindre critique à haute voix, elle n'était guère plus productive lorsqu'elle était en compagnie de Peter. « Tu m'donnes quoi en échange ? » Répondit-elle simplement. Bien que la foule autour d'elle était particulièrement bruyante, elle pu entendre son frère soupirer fortement ce qui accentua d'avantage son sourire, elle adorait embêter son frère de cette manière. « J'te laisserais les droits complets sur la télécommande et je ferais la vaisselle à ta place pendant une semaine. » Proposa le jeune homme qui regrettait déjà sa négligence. « Disons plutôt deux semaines, c'est quand même d'un gâteau d'anniversaire dont il est question. » Ca aurait pu être pire, elle aurait pu demander un mois complet, mais elle savait que son frère se montrerait aussi têtu qu'elle et bien qu'elle avait envie de s'amuser un peu avec lui, elle n'avait en revanche pas l'envie de s'éterniser à l'extérieur jusqu'à pas d'heure. Ce qu'elle voulait en priorité après trois jours à Midtown Science et trois jours chez Oscorp, c'était regagner son chez elle et se prélasser dans un bon bain, histoire d'entamer comme il se devait le maigre week-end qu'elle avait. « Ok, ça marche.» Et elle raccrocha.

Une demi heure plus tard, il pleuvait à verse sur New York et bien que Gwen aurait aimé pouvoir courir depuis la station de métro de laquelle elle venait tout juste de sortir jusqu'à la pâtisserie où attendait sagement le gâteau qu'elle devait récupérer, la jeune femme du se contenter d'avancer de manière "pressée", la foule toujours aussi compacte ne lui permettant de faire guère mieux. C'était quand même incroyable qu'au vingt-et-unième siècle, malgré toutes les technologies de pointes à disposition, les mecs de la météo soient encore incapables de prédire une soudaine perturbation de ce genre ! Slalomant entre plusieurs piétons, elle tenta tant bien que mal d'atteindre ne serait-ce que le coin du trottoir le plus près des vitrines dans le but de s'abriter un minimum sous leurs auvents, mais ce fut un échec cuisant étant donné que tout le monde avait eu la même idée. Bon tant pis, elle allait devoir accepter l'idée qu'elle rentrerait chez elle complètement trempée quels que soient les efforts qu'elle mettraient en oeuvre pour éviter que ça arrive. Relevant d'un geste souple le col de sa veste pour empêcher la pluie de s'insinuer vicieusement entre ses vêtements pour la faire grelotter, elle évita de justesse la chute après avoir été bousculée par un type un peu trop rentre dedans, mais ne parvint cependant pas à contourner la jeune femme qui se trouvait juste derrière. La percutant alors de pleins fouet, elle se rattrapa d'une main au réverbère juste à sa gauche tandis que l'autre main, elle agrippa celle qu'elle venait de bousculer pour lui éviter de tomber à la renverse et ainsi de se blesser. Dommage qu'elle n'ait pas à sa disposition les supers réflexes de son petit ami, ça leur aurait éviter de passer pour deux cinglées aux yeux des passants qui n'aimaient pas vraiment être troublés dans leur déambulation par une tierce personne. « Excusez-moi, je suis désolée ! Je ne vous avais pas vue derrière ce type ! Vous allez bien ? »

made by wild heart.



   

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Jeu 30 Avr - 2:34



Cair Andros ― Tam vel ita dicam ut multis praedito amare vel multis possit dicam iucundius enim ut benevolentiae eo eo iucundius animante corporis vel honore enim delectari vel amare ut possit praedito studiorum dicam admodum non est possit animante delectari officiorumque tam.

---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Lun 11 Mai - 0:12

L
Tum filio 'inquam' tamquam sermo loquentes Fannio loquentes quas memoriae interponeretur libro enim et et amicitia exposui coram cum 'inquam' ab sermo videretur tum tamquam altero praesentibus incidisset Marci tum ipsos interponeretur mentionem post diebus Marci ut arbitratu enim mortem cum eam quas altero diebus meo ipsos meo paucis praesentibus nobis ipsos saepius et Eius sermonem Scaevola 'inquam' atque illo saepius 'inquit' 'inquit' induxi quas C post ne exposuit paucis Marci ipsam interponeretur diebus ipsos praesentibus memoriae filio tum tum quas 'inquam' C disputationis et Eius Marci amicitia disputationis ipsam sermonem et libro Africani et Africani paucis nobis atque tum

L
Tum filio 'inquam' tamquam sermo loquentes Fannio loquentes quas memoriae interponeretur libro enim et et amicitia exposui coram cum 'inquam' ab sermo videretur tum tamquam altero praesentibus incidisset Marci tum ipsos interponeretur mentionem post diebus Marci ut arbitratu enim mortem cum eam quas altero diebus meo ipsos meo paucis praesentibus nobis ipsos saepius et Eius sermonem Scaevola 'inquam' atque illo saepius 'inquit' 'inquit' induxi quas C post ne exposuit paucis Marci ipsam interponeretur diebus ipsos praesentibus memoriae filio tum tum quas 'inquam' C disputationis et Eius Marci amicitia disputationis ipsam sermonem et libro Africani et Africani paucis nobis atque tum

L
Tum filio 'inquam' tamquam sermo loquentes Fannio loquentes quas memoriae interponeretur libro enim et et amicitia exposui coram cum 'inquam' ab sermo videretur tum tamquam altero praesentibus incidisset Marci tum ipsos interponeretur mentionem post diebus Marci ut arbitratu enim mortem cum eam quas altero diebus meo ipsos meo paucis praesentibus nobis ipsos saepius et Eius sermonem Scaevola 'inquam' atque illo saepius 'inquit' 'inquit' induxi quas C post ne exposuit paucis Marci ipsam interponeretur diebus ipsos praesentibus memoriae filio tum tum quas 'inquam' C disputationis et Eius Marci amicitia disputationis ipsam sermonem et libro Africani et Africani paucis nobis atque tum



---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Lun 30 Mai - 19:48


Surprise, Bitch.I have always been a lioness, a wolf with fangs bared, cat with claws unsheathed. I am a dragon with beating wings and pounding heart, ready to destroy you with one swing of my tail. I have never been too gentle, never soft enough or proper enough to be considered a princess. Instead, I am queen. Fierce ruler of my own kingdom that I have grown within myself.
Au gibet noir, manchot aimable, dansent, dansent les paladins, les maigres paladins du diable, les squelettes de Saladins. Messire Belzébuth tire par la cravate ses petits pantins noirs grimaçant sur le ciel, et, leur claquant au front un revers de savate, les fait danser, danser aux sons d'un vieux Noël ! Et les pantins choqués enlacent leurs bras grêles comme des orgues noirs, les poitrines à jour que serraient autrefois les gentes damoiselles se heurtent longuement dans un hideux amour.

Hurrah ! les gais danseurs, qui n'avez plus de panse ! On peut cabrioler, les tréteaux sont si longs ! Hop ! qu'on ne sache plus si c'est bataille ou danse ! Belzébuth enragé racle ses violons !

Ô durs talons, jamais on n'use sa sandale ! Presque tous ont quitté la chemise de peau ; le reste est peu gênant et se voit sans scandale. Sur les crânes, la neige applique un blanc chapeau : le corbeau fait panache à ces têtes fêlées, un morceau de chair tremble à leur maigre menton : on dirait, tournoyant dans les sombres mêlées, des preux, raides, heurtant armures de carton.

Hurrah ! la bise siffle au grand bal des squelettes ! Le gibet noir mugit comme un orgue de fer ! Les loups vont répondant des forêts violettes : à l'horizon, le ciel est d'un rouge d'enfer...

Holà, secouez-moi ces capitans funèbres qui défilent, sournois, de leurs gros doigts cassés un chapelet d'amour sur leurs pâles vertèbres : ce n'est pas un moustier ici, les trépassés !

Oh ! voilà qu'au milieu de la danse macabre bondit dans le ciel rouge un grand squelette fou emporté par l'élan, comme un cheval se cabre : et, se sentant encor la corde raide au cou, crispe ses petits doigts sur son fémur qui craque avec des cris pareils à des ricanements, et, comme un baladin rentre dans la baraque, rebondit dans le bal au chant des ossements.

Au gibet noir, manchot aimable, dansent, dansent les paladins, les maigres paladins du diable, les squelettes de Saladins. △ Arthur Rimbaud

© 2981 12289 0

---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Ven 15 Juil - 12:41




The Death GameI stand, with both arms, folded, under my chest 'cause I know, I won't stop, 'til I'm the last one left. Fighting 'til I'm dead, eating 'til I'm fed, never gonna stop 'til I catch my breath. Fighting 'til I'm dead, I eat 'til I'm fed and then I'll do it all again.J'serais tenté de dire que la connerie humaine se trouve partout. Mais l'endroit où on trouve la plus grosse concentration de la déchéance, c'est ces soirées bourrées de jeunes. Ces soirées clandestines organisées dans le dos de papa et maman. Ces soirées où tu dis merde à tes voisins. Ces soirées où, dès le début, t'as une nana qui a déjà tombé le tee-shirt et qui tient les cheveux de sa copine qui gerbe ses tripes dans le caniveau. Ces soirées un peu plus sauvages que prévu. Rien de rangé. C'est l'bordel.

Je n'aime pas les gens. Je n'ai aucun espoir pour l'humain. Mes semblables me dégoûtent autant que moi-même. Mais ce soir, j'ai envie de me noyer dans la foule, de me perdre un peu, de retrouver un peu ce qui a presque toujours fait ma vie. Ma vie a réellement commencé lors de mon premier shoot. J'veux une cuite. J'veux un trip. Une pouffiasse, blonde comme la Paris Hilton qu'on a toujours connu. Parce que j'en ai rien à foutre des jugements. J'renie la vie depuis mon plus jeune âge. J'lui dis non, j'veux pourrir. Être mort avant la mort. Que mon sang devienne une purée noire qui me sort par tous les orifices. J'veux mourir lors d'une hallucination. J'veux mourir bourré. J'veux mourir dans d’atroces souffrances. Très lentement, mais au zénith de ma vie.

Et je me décomposerai au fond d'un trou qui sent la terre moisie.

Mon cerveau n'est qu'un cheminement de pensées, pas toujours logique, certes, mais qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Après cette journée de travail, j'avais juste envie de m'enfoncer dans les méandres de l'alcool et de la dope. Que le temps d'une nuit, la vie ne suive plus son cours. L'égarement me tente bien, après tout, c'est bon de sortir un peu du sentier de temps en temps. Ainsi, j'ai débarqué dans cette soirée. Ce genre de soirée où tu connais pas forcément l'organisateur, uniquement le pote d'un pote d'un pote d'un pote [...] qui t'en a parlé et t'a invité. J'en ai rien à foutre de taper l'incrust' comme ça. Après tout, y'a quoi de mal à ça ?
© 2981 12289 0

---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Ven 15 Juil - 12:42
I'll never find my place. #JUDAH
Jeremiah-Sixte E. Meister & Jude-Caël O'Meara
Ouais, fallait arriver avant. Bien avant. Il y a quelques années. Ou même au tout début de ton existence en fait. C'est en fait par là qu'il aurait fallu apparaître pour t'empêcher de devenir cette petite connasse que t'es devenue. C'est pas en venant te râler dessus maintenant que ça va te faire avoir une illumination.
Genre : nouvelle résolution à la con.
Genre : crevarde en rémission.
Genre : la putain de rédemption.

Faut arrêter de croire que les miracles ça peut exister ici bas. Y'a que dans la vie des autres, des plus beaux, des plus riches qu'on en trouve.  Vous, vous êtes des pauvres pouilleux, la merde, les ordures des autres. Il y a plus d'espoir pour vous, vous êtes condamnés à patauger dans votre galère jusqu'à votre dernier jour. Tu le sais. Tu penses bien que Fredrik ne le sais pas. Si tu plies face aux autres, c'est leur donner l'opportunité de t'écraser, de te démembrer, de te dépouiller et de tout te prendre jusqu'à aller curer la moelle au creux de tes os. Et tu comptes pas que ça t'arrive, alors tu tiens bon, tu te rends dure, dure, même si les autres doivent en payer les conséquences. Même s'ils doivent souffrir de te côtoyer. T'es bonne qu'à construire ta vie qu'autour de ton petit nombril, parce que c'est comme ça que t'as appris la survie.

Et tu craches sur les empêcheurs de tourner en rond.
Et tu craches sur ceux qui se permettent de vouloir te rendre différente.

Et les p'tits religieux qui viennent tenter de te donner la foi, tu les traumatises. Ils t'insupportent ces cons. Et tu injectes de piquants blasphèmes dans leurs tympans, juste pour avoir le plaisir de les voir blêmir sous ton audace. Juste pour la fierté de les voir pâlir et fuir en courant lorsqu'ils comprennent que « leur Dieu », il te fait pas peur. Que tu veux pas en entendre parler. Tu t'en fous des croyances des autres, toi t'as juste décidé que tu croirais en rien. Même pas en l'humain.

---------------✄---------------

† A wise man once said "never start an argument with someone who can end you from another zip code"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 161
Date d'inscription : 08/07/2013
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Sauter vers :